[FAQ]

La FAQ (Frequently Asked Questions ou Foire Aux Questions) est destinée à répondre de façon brève aux questions que tous se posent.


De quand date l’église ?
A l’origine, il s’agit d’un petit prieuré du XIIe siècle qui dépendait d’une abbaye toute proche, l’abbaye de St Vincent-aux-Bois, fondée en 1120 par Hugues, seigneur de Châteauneuf-en-Thimerais.


Où était l’abbaye de St Vincent-aux-Bois ?
Cette abbaye est devenue une exploitation agricole, à l’Est de St Jean de Rebervilliers, de l’autre côté de la forêt domaniale, sur la route reliant Châteauneuf-en-Thimerais et Blévy.


Comment la chapelle est-elle devenue l’église du village ?
Le village était initialement placé au carrefour de la Mare aux Cochons, au croisement entre la route menant de Dreux à Châteauneuf-en-Thimerais et l’ancienne voie romaine qui passait par Blévy et St Sauveur. Détruit par les anglais en 1168 ou 1173, le village fut reconstruit un peu plus loin autour du seul lieu consacré encore debout, ce petit prieuré, et prit le nom de « Villeneuve de Rebervillers »


Pourquoi l’église n’est-elle pas au centre du village actuel ?
Il semblerait qu’il y ait eu une épidémie qui a poussé les villageois à abandonner certaines maisons pour reconstruire un peu plus loin.


L’église a-t-elle été le seul lieu de culte de la commune ?
Non, il y avait également une chapelle au hameau de Criloup. Mais l’impossibilité en 1937 de réunir les fonds nécessaires à sa sauvegarde font qu’elle s’est effondrée depuis.


D’où vient la forme étrange de l’église ?
Devenu église du village, le petit prieuré roman est devenu trop petit. Les villageois l’ont donc agrandi aux alentours du XIIIe, puis du XVIe siècle en faisant le choix d’élever le nouveau choeur à 6 mètres au-dessus de la nef originelle. Le clocher et la sacristie furent ajoutés bien plus tard.


Quels sont les matériaux utilisés ?
La maçonnerie est avant tout de silex avec contreforts et corniches en grison. A partir du XVIe, de la pierre calcaire et de la brique sont également utilisés.


Y a-t-il eu des vitraux ?
Oui, cette église a eu des vitraux, comme en témoignent les deux petites figures du XVIe encore incrustées dans les lobes de la baie nord-est.


Peut-on visiter l’église ?
Oui, notamment aux Journées du Patrimoine. L’église avait fermé pour raisons de sécurité sur décision du conseil municipal en date du 12 avril 2010. Mais la réalisation des deux premières tranches des travaux -restauration du choeur- a permis de mettre l’église en sécurité, même s’il reste beaucoup à faire.


Quel est le problème ?
La charpente du choeur s’affaissait à cause d’un mauvais contreventement. Elle poussait sur la charpente de la nef romane, une poussée qu’accentue la différence de 6 mètres entre ces deux parties. Au final, la façade romane a encaissé une poussée pour laquelle elle n’a jamais été prévue, et fissure.


Le problème est-il nouveau ?
Non, les villageois avaient autrefois tenté de compenser cette poussée en ajoutant de grosses butées triangulaires contre la façade.


Qui sont les artisans qui ont restauré le choeur ?
Les travaux de maçonnerie ont été réalisés par l’entreprise Lefevre, d’Alençon (61)
Les travaux sur la charpente ont été réalisés par l’entreprise Cruard, de Simplé (53)
Les travaux de couverture ont été réalisés par l’entreprise Chevreau, de La Loupe (28)
La menuiserie a été réalisée par l’entreprise Guinard, de St Aubin-des-Bois (28)
Les vitraux ont été réalisés aux ateliers Lorin, à Chartres (28)
Le rétable du maître-autel a été confié à l’entreprise Vieillerobe, à Meaucé (61)


Que reste-t-il à faire ?
La déformation de la charpente du choeur présente désormais un dévers de 1,20m
en inclinaison vers l’ouest ; la poussée est telle que la façade romane menace d’exploser. C’est cette nef romane qu’il faut désormais réparer.


Quel est le coût des travaux ?
Le coût de la restauration des deux premières tranches de travaux, réalisées en 2012/2013, a été au final de 423 438 €. En plus de diverses subventions, la souscription a permis à elle seule de récolter 32 246 € de dons de la part de particuliers. Le coût de la restauration de la nef a été estimé à 178 000 € TTC en 2011.


Qui peut lancer la souscription ?
La municipalité avait déjà signé une première convention avec la Fondation du Patrimoine le 8 juillet 2011. C’est elle qui aura la possibilité d’envisager de lancer une deuxième souscription pour collecter des fonds en vue de la restauration de la nef romane.


Quel est l’intérêt de la convention avec la Fondation du Patrimoine ?
La Fondation du Patrimoine reconnue d’utilité publique, est habilitée à recevoir les dons de toutes personnes physiques ou morales qui souhaitent apporter son soutien financier à ce projet, un soutien qui est ainsi déductible d’impôt.


Est-on sûr que l’argent ne servira que pour St Jean de Rebervilliers ?
L’argent collecté ne peut aller qu’à ce projet. Et comme l’église a été mise en sécurité suite à la restauration du choeur, il n’y a aucune raison que cet argent ait une autre destination.


Quel lien y a-t-il entre l’association et la souscription ?
De nombreuses personnes se soucient de ce projet. La municipalité, bien entendu, mais également le Comité des Fêtes, qui a déjà organisé des événements qui lui ont permis de collecter de l’argent pour la première souscription. L’association a été créée pour permettre de diversifier encore davantage nos moyens d’action ; son rôle est désormais d’entrenir la flamme jusqu’à ce que nous puissions nous lancer dans la dernière tranche des travaux !

Dernière mise à jour : 23 janvier 2015

2 réflexions au sujet de « [FAQ] »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s